Archives :

esc@les change !

Le 22 juin 2018  Dans Actualités 

esc@les change ses habits et l’organisation de ses ressources pédagogiques.

La mue est en cours et pendant cette période de transition quelques pages peuvent ne pas être à jour ni accessibles.

Mais rassurez-vous tout sera bien rangé pour préparer la future rentrée !

esc@les adopte la charte graphique de l’ENSFEA comme tous les autres sites disciplinaires.

Du nouveau sur la toile

Le 12 mars 2018  Dans Actualités 

Un site tout exprès pour faire la part belle à l’histoire de l’ESC et aux réseaux régionaux et national d’animation et de développement culturel.

Son adresse c’est education-socioculturelle.ensfea.fr

Le site propose différents contenus : des documents sur l’histoire de l’ESC, avec un focus sur les témoignages enregistrés à l’occasion des 50ans de l’ESC fêtés à Paris, et toute l’actualité des réseaux Animation et Développement Culturel en région.

Ce site devient un site compagnon d’esc@ales qui sera recentré lui sur les questions pédagogiques et le métier.

L’idée a germé dans le prolongement des journées consacrées aux 50ans de l’ESC. Il a été produit grâce au financement du Ministère de la Culture et de la Communication et du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

La charte graphique a été créée par l’agence de graphistes et de développeurs Moshi Moshi de Limoges sous l’œil avisé de Rurart, du réseau ADC et de l’ENSFEA. Les illustrations proviennent de projets artistiques menés en établissement et de la médiathèque du ministère chargé de l’agriculture.

Une nouvelle vitrine pour l’ESC à partager sans modération avec tous vos partenaires.

Ressource Citoyenneté

Le 18 janvier 2018  Dans Actualités 

Une plateforme de ressources « Citoyenneté » pour tous les acteurs de l’enseignement agricole

Lire l’article de lancement sur Chlorofil ici

Pour l’accès direct à la plateforme ici

Valoriser l’engagement citoyen des élèves et apprentis de l’enseignement agricole

Le 24 juin 2017  Dans Actualités 

Par arrêté le Ministère de l’Agriculture a instauré, pour les apprenants inscrits au diplôme du CAP agricole, baccalauréat général, technologique ou professionnel, une unité facultative « Engagement citoyen »

L’épreuve porte sur l’engagement citoyen d’un apprenant de l’enseignement agricole dans le cadre d’activités bénévoles ou de volontariat qu’il est amené à conduire dans le cadre de sa vie sociale, dans l’établissement ou en dehors de l’établissement.

Dans la note de service l’engagement citoyen est défini ainsi :

L’engagement citoyen dépasse l’implication ponctuelle dans un projet, une activité ou une cause et s’inscrit dans une démarche d’engagement concrète. Il repose sur des valeurs fortes de respect des droits individuels et collectifs en cohérence avec les valeurs de la République et permet le développement d’actions au bénéfice d’autrui et/ou de l’environnement.
La simple adhésion ou une participation occasionnelle aux activités d’une association ou d’une structure ne peuvent donc être considérées comme un engagement citoyen suffisant pour présenter l’unité facultative « engagement citoyen ».

Les capacités constitutives de l’unité facultative « Engagement citoyen » sont identiques pour tous les candidats préparant les diplômes du CAP agricole et du baccalauréat professionnel, technologique et général. Elles sont au nombre de deux :

  • C1 : S’impliquer dans une dynamique collaborative
  • C2 : Réaliser une activité d’utilité sociale

L’évaluation du candidat est réalisée à partir des grilles critériées nationales.

La note globale sur 20 points, en points entiers, est constituée par addition des notes obtenues à chacune des parties de l’épreuve :

  • la première partie est notée sur 8 points sur la base de la grille d’évaluation renseignée par la personne qui a suivi et accompagné le candidat dans l’activité, il s’agit :

soit d’un personnel de l’établissement de formation du candidat si l’activité s’est déroulée
dans l’établissement,

Ÿsoit du Président de la structure ou un dirigeant, ou son représentant.

  • la seconde partie de l’épreuve est notée sur 12 points sur la base de la grille d’évaluation renseignée par les évaluateurs de l’établissement.

La note de service publiée le 23 juin 2017 est accessible ici

ADC 27 – Hiver-Printemps. La lettre électronique du réseau ADC

Le 15 mars 2017  Dans Actualités 

Retrouvez le dernier numéro de la lettre électronique du réseau Animation & Développement Culturel. N°27

[FOCUS]
Quand l’art interroge l’agro-écologie, résidences d’artistes, Ex région Nord-Pas de calais
[AUVERGNE-RHONE-ALPES]
Bêtes de scène, création de costumes
[BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE]
Un EPL opérateur culturel
Au pied du mur, arts de la rue, graff
[CENTRE-VAL DE LOIRE]
ALESA, former les élu.e.s
[HAUTS DE FRANCE]
Se mettre en scène dans le paysage, photographie
Les Arpenteurs, le nouveau réseau régional ADC
[NOUVELLE-AQUITAINE]
GRRRR…les grandes rencontres régionales des réseaux
[OCCITANIE]
Des bulles de soi, d’elle de lui, écriture et BD
Contes, légendes, mythes et épopées, théâtre et radio
De l’araire au drone, arts fiction
Les rencontres régionales des ALESA Occitanie
[PAYS DE LA LOIRE]
Au commencement était le geste, lightpainting et photographie
La mer à Beautour, biodiversité et création sonore
Geste professionnel en GPN, photographie
[EXPOS-PUBLICATIONS-RENCONTRES]
Littérature et photographies : productions d’élèves sur Mediapart
L’Education socioculturelle dans le poste, sur France Culture
Le nouveau site des projets socioculturels du réseau ADC Occitanie

4eme rencontre-échange des pratiques en région Picardie

Étiquettes : — Le 31 janvier 2017  Dans Actualités 

210 élèves, 18 artistes et une vingtaine d’enseignants se sont réunis le 3 mai 2016 au lycée du Paraclet pour  la 4ème rencontre-échanges autour des projets menés dans les 8 établissements d’enseignement agricole public de Picardie. Une journée qui doit sa réussite à l’organisation conjointe des enseignants porteurs de projets culturels  avec les artistes et les apprenants venus présenter leurs projets et découvrir ceux de leurs pairs.

Trompe l'oeil

 

 

 

De fil en aiguille                   

Exploration des plantes tinctoriales 
et de l'impression sur tissus
Terminale SAPAT - LPA de la Haute-Somme
Encadrement artistique : Sausen Mustafosa.
Isabelle Marchal / ESC

 

 

 

 

 

 


Atelier cirque

1ère Bac PRO GMNF - LEGTA d'Airion.

École de cirque La Batoude – Dorothée Plet ESC

 

Light Painting – Classe de 1ere TCVA -LPA d’Aumont -Aurore Bertrand /ESC

2de SAPAT -LPA de la Haute-Somme - Cie de la Cyréne- Enseignante ESC : Delphine Prignot.

 

 

Terminale Bac Pro GMNF- LPA de la Baie de Somme - Arine Pozzo/ESC

Atelier démonstration de Street Art
Terminale GMNF LPA de la Baie de Somme
Ophélie Bon, plasticienne et Ariane Pozzo ESC
Techniques à la bombe sur papier avec pochoirs 
puis, marouflage sur les murs du gymnase.
Chaque œuvre présente un regard 
sur des questions de société

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAMPS CULTURELS 28 : donner du sens aux usages

Le 24 novembre 2016  Dans Actualités 

La présence massive du numérique dans la société contemporaine interroge les pratiques pédagogiques au sein du système éducatif.

Mais que recouvre précisément le « numérique », quelles mutations socioculturelles vit la jeunesse d’aujourd’hui, à quels enjeux d’émancipation est-elle confrontée ?

Autant de questions que ce numéro 28 de la revue Champs Culturels se propose d’aborder, à travers des contributions d’enseignants, d’artistes, de responsables de structures culturelles et de chercheurs.

Une publication du réseau « Animation & développement culturel » de l’enseignement agricole, co-financée par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Retrouvez la page dédiée sur ce site.

L’ADC 25 – Eté 2016

Le 6 octobre 2016  Dans Actualités 

Retrouvez le dernier numéro de l’ADC, la lettre électronique du réseau Animation & Développement Culturel

une-adc-25[FOCUS] Alsace « Manières de voir », photographies
[AQUITAINE-LIMOUSIN-POITOU-CHARENTES] BI ARTS, danse- Rythme intime, création sonore
[CORSE] #FESCHtighjemu, patrimoine
[BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ] Un moment magique, vidéo – Rencontres musicales aux Forges de Fraisans
[LANGUEDOC-ROUSSILLON-MIDI-PYRENEES] Nature sensible -Vague mistral et rock and roll, théâtre et patrimoine – Programme d’actions culturelles – Un zeste d’estime de soi, théâtre -Pom pOm poM, photographies et écriture
[MARTINIQUE] Résidence d’artiste
[NORMANDIE] Sculpture éclatée, sculpture, photographies
[PAYS DE LA LOIRE] Rencontres ALESA – art’ur et les 50 ans de l’ESC – Le travail en couleurs, photographies – Le tablier dés-codés – Des goyaves et vers de terre, courts-métrages
[RHONE-ALPES-AUVERGNE] Linge intime, oeuvres plastiques – Les Secondes se prennent la tête – Coiffes et masques, créations textiles

50 ans ESC

Le 2 novembre 2015  Dans Actualités 

Vous pouvez désormais consulter le programme des deux journées consacrées aux 50 ans de l’ESC  se dérouleront à Paris les 17 et 18 mars 2016

Programme 50 ans mars 2016 2

Les productions produites en régions à cette occasion sont accessibles sur la page qui leur est dédiée.

 

 

lettre n°23 du réseau « Animation et développement culturel »

Le 1 juillet 2015  Dans Actualités 

L'ADC N°23 - Eté 2015

 

[FOCUS] – MURmures de mémoires
Un projet artistique participatif
Avec les élèves de Terminale « Conduite et gestion d’une exploitation agricole » du lycée agricole de Saint-Lô Thère et les habitants du village.

MURmures de mémoire est le fruit d’une réflexion commune entre la mairie du Hommet d’Arthenay (393 habitants), l’association Art-Plume, le lycée agricole Saint-Lô Thère et deux artistes plasticiens, Nicolas Chagnon, photographe, vidéaste et Al Sticking spécialisé en muralisme contemporain. Le projet est issu d’une réflexion participative sur la mémoire et sa transmission en milieu rural à travers des médias utilisés habituellement en milieu urbain tels que le mapping-vidéo et le graffiti.
Ce projet a donné lieu en cours de route à la création d’une association, Art’Hommet, constituée d’habitants du village
s’impliquant dans la résidence et dans l’action culturelle de leur territoire. Il a également permis au lycée agricole d’incarner pleinement sa mission d’animation et de développement de son territoire de proximité…

 

VOIR-APPAPERCEVOIR-CACHER

Le 4 juin 2015  Dans Actualités 

Osier1Le projet de cette résidence de médiation artistique au sein du LPA de Fayl-Billot est né du désir de faire entrer la forte identité vannière du territoire au coeur du lycée.  Le choix d’artistes créateurs designers allait de soit, la création d’objets, l’exploration de voies nouvelles par des personnes étrangères au tropisme vannier de Fayl-Billot allait permettre d’ouvrir de nouvelles perspectives tout en créant du lien entre élèves, lycée, école de vannerie et vanniers professionnels.

Les designers et les élèves n’ayant reçu aucune formation technique dans le domaine vannier, les projets, pour se réaliser, avaient impérativement besoin du savoir-faire et des conseils de vanniers professionnels (ces vanniers bénéficiant à leur tour des facultés créatrices de designers professionnels). Les élèves du lycée Horticole ont pu vivre cette expérience créatrice au plus près, au sein de leur établissement. Coordonné par l’enseignat d’ESC le projet a été mené avec les élèves des terminales Productions Horticoles et Terminale conseils vente, ainsi que  deux classes de CAP fleuristerie, il se prolongera l’année prochaine.

50 ans de l’Éducation SocioCulturelle dans l’enseignement agricole

Le 30 mars 2015  Dans Actualités 

Depuis cinq décennies, l’Education Socioculturelle accompagne avec succès l’enseignement agricole dans son ascreenshot_525mbition de faire réussir tous ses apprenants. Inspirés de l’éducation populaire, les principes et méthodes de l’ESC (pédagogie active, approche systémique, pédagogie de projet, primauté de la capacité sur les savoirs,…) se sont aujourd’hui peu à peu généralisés, preuve de leur dimension visionnaire.

Objectifs de l’appel à projets « l’éducation socioculturelle un atout de l’enseignement agricole »

L’anniversaire des 50 ans de l’ESC, en 2015, aura pour ambition de répondre à un double objectif :

  • porter un regard rétrospectif, introspectif et prospectif pour remobiliser la discipline au service d’un enseignement agricole en pleine mutation,
  • être un outil de valorisation de l’enseignement agricole.
    Le présent appel à projet régional ou inter-régional propose aux équipes pédagogiques et éducatives des établissements publics et privés, et à leurs partenaires, de se mobiliser autour d’une réflexion collective sur un ou plusieurs thèmes, en leur donnant une dimension pragmatique et concrète. La réflexion pourra être exprimée par un projet artistique et/ou culturel. Tous ceux qui font vivre cette composante de la formation sont invités à contribuer par leurs témoignages, leurs réflexions à cet événement exceptionnel.
Un séminaire final est prévu à Paris fin 2015 avec la participation :
  • des équipes des établissements agricoles impliqués dans ce projet,
  • d’artistes étant intervenus ou non dans des établissements de l’enseignement agricole,
  • d’intervenants extérieurs reconnus pouvant porter un regard réflexif et prospectif sur la
    discipline,
  • de responsables politiques situés au confluent des thématiques, de l’éducation, de la culture,
  • des territoires et de l’agriculture,

Le séminaire permettra de :

  • mettre en lumière l’enseignement agricole au travers d’enseignements et de pratiques où l’art prend toute sa place,
  • faire la synthèse des travaux menés en région pendant l’année et valoriser les productions
    s’y référant,
  • tracer les perspectives propres à la discipline face aux nouveaux défis de l’enseignement
    agricole.

Document complet : Note de service DGER/SDPFE/2015-162 appel à participation des établissements d’enseignement technique agricole pour la célébration des 50 ans de l’ESC

Concerts de poche à Montardon

Le 9 décembre 2014  Dans Actualités 

violonisteEn 2014, le lycée agricole de Montardon et l’association Les Concerts de Poche ont renouvelé leur partenariat initié en 2013 en proposant une série d’ateliers musicaux suivie d’un concert ouvert à tous.

La démarche des Concerts de Poche. Les Concerts de Poche est une association qui a pour objet d’emmener les artistes de la musique classique, parfois aussi du jazz, du théâtre musical et de l’opéra dans les zones rurales et les quartiers excentrés des grandes agglomérations afin de rendre ces musiques accessibles à tous les publics.

Trois temps d’intervention à Montardon et ses alentours

  • Des séances d’ateliers de création, d’interprétation et d’improvisation. Animés par une médiatrice culturelle, un comédien et un pianiste improvisateur ces ateliers offrent un réel « partage » de la musique, rythmé par des jeux, des contes musicaux et l’improvisation d’ambiances musicales pour que chacun se retrouve en position de créateur et découvre le plaisir d’une pratique collective.
  • Des rencontre entre les lycéens et les concertistes. Jeudi 27 novembre 2014 dans l’amphithéâtre du Lycée agricole les élèves ont rencontré Thomas ENHCO à l’occasion de deux ateliers. Il a partagé avec les élèves sa passion de la musique et donné quelques clefs d’improvisations ! Il fut rejoint par Henri DEMARQUETTE pour la seconde séance.
  • Un concert, ouvert à tous : Jeudi 27 novembre à 20h.Bach, Brahms, Fauré, jazz, improvisations… Un duo émouvant, exceptionnel, totalement inédit. La rencontre inévitable de deux musiciens nés pour dialoguer ensemble. Henri DEMARQUETTE est l’un des plus grands violoncellistes du XXIème siècle ! Ce musicien totalement inclassable prend son public par la main pour ne jamais le lâcher. Thomas ENHCO, jeune pianiste de 25 ans mais déjà 10 ans de carrière à son actif, est un artiste au carrefour des musiques… à découvrir absolument !

 

AUCH : la vie rurale en 2040, un projet fédérateur

Le 24 juin 2014  Dans Actualités 

IMG_01455Le projet trouve sa source dans la mise en place du projet « la vie rurale, c’est pas de la science-fiction ». Répartie sur 5 pays, cette manifestation propose une série de conférences et une programmation culturelle.
La maison des écritures de Lombez-Midi Pyrénées (MdE) a proposé au collectif de Bande Dessinée Indépendante Indélébile de parcourir cette manifestation. Le fruit de cette collecte a eu lieu lors d’une résidence d’artiste dans le village gersois de Simorre. Pendant un mois, 7 artistes du collectif ont produit un recueil d’histoires courtes sur le thème de la vie rurale. Son titre « En attendant…lou futur ».
C’est sur cette base que le projet La vie rurale en 2040 a été porté par le lycée agricole d’Auch Beaulieu-Lavacant et la MdE, forts d’une convention de jumelage signée sous l’égide de la DRAC et la DRAAF Midi-Pyrénées. Pendant l’année 2013/14, ce partenariat a permis la mise en place d’un projet transversal dans l’établissement, adossé au PADC.
La diversité des filières du lycée (agronomie, services agroalimentaire), la variété des publics (deux sites, filières générales, professionnelles et technologiques, BTS) ont constitué une richesse liée à des points de vue différents. Tout au long de l’année, La vie rurale en 2040 a avancé sur ses deux jambes. L’une impliquant une réflexion prospective, l’autre permettant de faire vivre son imagination à travers une pratique artistique.
Trois ateliers d’une trentaine d’heures ont permis à 4 classes de travailler avec les artistes d’Indélébile, autour de la production de planches de BD et de la publication d’un recueil compilant toutes les planches réalisées, intitulé Le futur à présent.
La stabulation du lycée a été transformée en lieu d’exposition, impliquant une signalétique adaptée, la création et la fabrication des modules d’exposition, et la fabrication d’une machine agroalimentaire du futur.
D’autres ateliers plus ponctuels ont permis au BTS DATR 1 et au 1ere STAV de travailler avec l’artiste Pipocolor sur des affiches à partir de collages qui questionnent l’évolution de l’alimentation. Les secondes SAPAT ont pu travailler en Français et en ESC sur l’écriture et la réalisation de fiction radiophoniques qui ont été diffusées lors de la journée de restitution. Les BTS DATR 2 ont créé des saynètes sur le thème, jouées devant les classes participantes.
Les 7 artistes du collectif  Indélébile : Megi Xexo, Pipocolor, Claire Pétry, Basile Harel,Fräneck, Marion Puech, David Pujol et Sophie Torchia).

Pendant un an, les élèves du lycée d’Auch Beaulieu-Lavacant ont dessiné leur futur. Puissent-ils lutter contre leurs cauchemars et réaliser leurs rêves !

EPL Auch Beaulieu-Lavacant . Contact : Frédéric Rouziès, Frédérique Ruppert

Entrées en matière

Le 16 mars 2014  Dans Actualités 
entreeenmatiereDans le cadre du dispositif national Écritures de lumière, initié par le Ministère de la Culture et de la Communication, l’EPL des Landes a accueilli en résidence de médiation la plasticienne Pauline Bastard. Il s’agissait en effet de valoriser sur le territoire la création que l’artiste avait menée au printemps précédent sur la commune de Saint-Yaguen, Les états de la matière, et de sensibiliser les élèves et apprentis à son travail par des actions pédagogiques mêlant médiation et workshops.
Comment recréer une matière à partir d’autres, mais aussi comment porter un regard neuf dans un monde saturé d’images, comment inventer de nouveaux récits, comment dépasser l’impossibilité, tel était le défi artistique proposé aux apprenants.
A partir de l’œuvre de l’artiste et des attentes des 5 enseignantes d’éducation socioculturelle mobilisées, un programme pédagogique a été élaboré, sous la thématique des Entrées en matières : il s’agissait pour chaque classe d’explorer le champ des possibles, du bricolage au recyclage, de la déconstruction à la reconstruction, de la confrontation de l’environnement à ses récits.
Certains jeunes ont ainsi conçu et fabriqué des outils issus de leur imaginaire, d’autres ont modifié les usages d’objets existants, tous ont scénarisé des récits, poétiques ou humoristiques, autour de leur environnement, de la place qu’ils y occupent et de leurs relations aux autres. Toutes les productions ont été mises en scène et filmées.

A l’arrivée, une flopée de courts- métrages situationnels, qui seront dévoilés en avril 2014, en regard de l’œuvre de Pauline Bastard, lors du work in progress de cette résidence de médiation, mi-projection cinématographique, mi-exposition plastique. Les réalisations seront également présentées au festival des lycéens et apprentis d’Aquitaine, organisé par le Conseil Régional.

+ d’infos: Nathalie Raymond, enseignante d’ESC, au LPA de Mugron (nathalie.raymond@educagri.fr)

Cases, héritage des ancêtres

Le 1 novembre 2013  Dans Actualités 

CasesUn voyage photographique réalisé par une classe du lycée de Saint-Joseph (Réunion).

C’est l’histoire d’un voyage à deux faces. Celui que l’on fait près de chez soi, en ouvrant les yeux sur la passé vivant ou à l’abandon. Celui on l’on part loin, à la découverte d’une autre culture. Ce voyage ouvre ainsi le regard des lycéens, à travers l’objectif, sur les habitats traditionnels de la Réunion et de l’Afrique du Sud, au Kwazulu Natal. « Nous sommes lycéens agricoles, pour la plupart futurs éleveurs, et le français n’est pas la discipline que nous préférons », confient les jeunes dans la préface de leur livre. C’est donc en images qu’ils s’expriment, mais aussi en créole, en français et en anglais.

Ils nous donnent ainsi à voir « la maison de nos grands-mères dont nous ne nous étions pas aperçu qu’elle s’échappait de nos paysages, celles des ancêtres zulu qui subsistent malgré la modernisation grâce aux traditions animistes. »

Un très beau travail réalisé en 2011 avec Isabelle Boursier (ESC) et Nelly Fontaine (Français), avec l’appui de Patrick Georget (photographe) et Edith Pasquier (graphiste).

Fabrique urbaine, atelier interculturel, artistique et potager

Le 1 septembre 2013  Dans Actualités 

présentation-workshop-maire-de-pauWorkshop réalisé avec Kinya Maruyama, artiste architecte japonais et la participation d’habitants du quartier, des BTS2 en aménagements paysagers du Lycée agricole de Pau Montardon, des étudiants en Arts Plastiques de Bordeaux III, des étudiants japonais et chinois…

Semaine active… échanges, confrontations, interrogations, remises en question, croquis, esquisses, maquettes, essais… un projet de jardin artistique et poétique… deux hectares de friche à habiller, une merveilleuse machine à rêver…

Mélange étonnant, écoute, propositions, mesures, repérages, coups de crayon, mise en volume, , essais multiples et variés, une expérience d’urbanisme utopique particulièrement créative rendue possible grâce au soutien de nombreux partenaires, DRAC, Conseil Régional, CRARC, lycée, MJC, Université de Bordeaux III, UPPA, Mairie, Gip DSU…

Et au bout du travail, un jardin maintenant à réaliser… : prochaine étape, fin 2013, pour la mise en place, toujours avec Kinya Maruyama, puis été 2014… A suivre

A voir : la page consacrée à la fabrique urbaine de Pau sur le très beau site du CRARC .

«Nous, fils et filles d’agriculteurs de Lozère»

Le 7 juin 2013  Dans Actualités 

stchely

Entretiens photographiques

Le projet a consisté à mener des entretiens photographiques avec des élèves de Terminale bac professionnel «élevage/valorisation du cheval» et «système à dominante élevage» afin d’essayer de corriger les représentations parfois stéréotypées liées à l’agriculture.
Le sujet est vaste, la thématique souvent abordée. Qui n’a pas entendu la parole de l’agriculteur en lycée agricole ? Quoique plus récente, celle de sa femme a, souvent également, été recueillie…Par contre, nous constatons que la voix de l’enfant reste muette. Et pourtant, il suffit d’habiter en campagne pour se rendre compte que, dès le plus jeune âge, l’enfant d’agriculteur est aux côtés de ses parents dans les tâches les plus diverses. C’est ainsi que nous décidons de choisir ce public, privilégiant la tranche d’âges entre 15 et 25 ans, période décisive dans la détermination d’un projet professionnel.
L’idée de diversité domine dans ce projet. Diversité d’âges, de productions, de territoires, de projets professionnels…Chaque jeune est une histoire à part entière, forte de ses racines et belle de ses promesses. Certains reprendront le flambeau, d’autres non.
Leurs aspirations sont aussi variées que leur caractère, nous permettant d’offrir des regards multiples de la jeunesse agricole et rurale, rejoignant ainsi un propos plus universel.
Ces 44 entretiens ont été conduits en intégrant les contextes personnels, familiaux, professionnels et culturels qui forgent les enfants d’agriculteurs.
Sara Jabbar Allen, artiste-photographe, fut sollicitée pour 72 heures d’intervention. Son attirance pour les différences socioculturelles l’avait conduite à s’intéresser à la vie quotidienne des Tsiganes, aux travailleurs venus d’ailleurs, à la prévention de l’homophobie.
Bref un beau travail d’humaniste qui allait être poursuivi au sein de la classe en 3 périodes: apprendre à regarder, apprendre à pratiquer, apprendre à communiquer.
Dès le départ, l’élève a été placé dans une position d’acteur du projet : consultation du choix du projet, rédaction du questionnaire, recherche des sujets, prise de rendez-vous, interview, prises de vues (analyse et sélection), rédaction de chaque témoignage.
Trouver les sujets qui accepteraient de témoigner fut peut-être la partie la plus délicate du projet.
Au-delà de cela, se sont dressées des barrières psychologiques très fortes réduisant 2 élèves à la négation du projet pour ne pas avoir à s’impliquer.
J’ai développé beaucoup de programmes pédagogiques avec des élèves de différents niveaux, je n’avais jamais rencontré de tels blocages: persistance de préjugés (« on va encore se moquer des agriculteurs »), implication trop forte de sa propre personne dans ses dimensions socio-affectives etc. La preuve que ce genre de dispositif est un ensemble complexe et riche d’une multitude d’apprentissages allant au-delà du pur savoir…
25 bâches (0,60×0,90) donnent à voir ce travail ainsi qu’un ouvrage publié aux éditions Sansouïre (Nîmes) qui aborde avec textes et photos des jeunes, les problématiques agricoles et rurales.

M.N Routet, enseignante d’ESC

Photographe: Sara Jabbar Allen

 

Buzzons contre le sexisme : 1er prix pour le lycée de Château-Salins

Le 25 avril 2013  Dans Actualités 

Une femme et un homme se retrouvent, chacun avec une couleur de naissance. Certes ils ont un nombril mais aussi un sexe. L’homme aime se vanter de ses attributs, la femme imagine que des gros seins rendent féminine. Affirmation de son identité par une couleur. La provocation pousse à l’action pour engendrer un mélange pacifique…
Le projet. En décembre 2012 : la classe de 2d SAPAT s’engage dans le projet collectif par une réflexion sur le féminisme, à partir du concours lancé par la web télévision féministe Télédebout : « Buzzons contre le sexisme ».
L’ensemble du travail de préparation à la thématique nous a amené à vouloir mettre en évidence des clichés et stéréotypes et proposer une vision pacifique du débat sur le genre.
La difficulté majeure était bien sûr de « parler » de sexe et de corps, et de les filmer dans un lycée ! Car les parties sensibles sont un sujet sensible…
A partir d’une initiation au langage de l’image et à l’élaboration d’un document audiovisuel,  les jeunes ont écrit leur storyboard, distribué les rôles pour le tournage qui a eu lieu sur deux demi journée.
Pour tourner: un appareil photo, un pied, une lampe torche ! Et le montage a été effectué sur Movie Maker…
Les différentes phases du montage ont été soumises au regards critiques des élèves pour l’améliorer.
Ce travail a reçu le 22 mai à Paris le 1er Prix du concours dans la catégorie 15- 16 ans et le 1er Prix de L’Etudiant catégorie lycée !
Voir le film (Durée : 5’30 »)
Béatrice Duquesnel professeur d’éducation socioculturelle
et la classe de 2d SAPAT 2012-2013
Lycée agricole du Val de Seille, 57170 Château Salins [ ]

1ère rencontre des pratiques artistiques des jeunes des Lycées agricoles publics de Picardie & signature de la convention régionale Culture Agri-Culture

Le 3 avril 2013  Dans Actualités 

pavilloncentralPicardismus, le réseau régional Animation et Développement Culturel des établissements agricoles publics de Picardie organise le 11 avril 2013 au Familistère de Guise une rencontre des pratiques artistiques regroupant des apprenants, des membres des équipes éducatives et des artistes.

Plus de 100 jeunes présenteront leurs réalisations dans ce haut-lieu de l’histoire économique et sociale du XIX et XXème siècle, fondé par Godin et aujourd’hui transformé en musée.

Familistère Guise (02)

Les élèves venant de tous les établissements agricoles publics picards, installeront leurs créations dans les ateliers du pavillon central du Familistère : photographie, arts plastiques, arts numériques, danse contemporaine, théâtre. Les œuvres et les ateliers de pratique seront présentés par des élèves accompagnés des enseignants d’éducation socioculturelle et des artistes intervenants.

Cette première rencontre sera marquée par la signature d’une convention entre la DRAC et la DRAAF. Cette convention symbolise un réel partenariat entre ces deux ministères pour renforcer une dynamique de l’éducation artistique en milieu rural, tant dans la pratique que dans la médiation de l’Oeuvre Artistique.

Une table ronde en présence de lycéens et d’apprentis, d’enseignants et d’artistes interrogera les expériences artistiques. Quelle place pour chaque acteur ? Quels apports personnels ? Quelle relation avec les artistes ? Quelle relation avec  l’œuvre ?

Programme

Contact :  odile.deraeve@educagri.fr

delphine.prignot@educagri.fr