BTSA

referentielL’ESC dans le BTSA

L’ESC intervient dans un module général, le M22, mais aussi dans certains modules professionnels.

Le M22 relève des domaines de la communication humaine et de la communication médiatisée.


↓ Choisissez votre rubrique ↓


Référentiels

Modules généraux

La rénovation des modules du Tronc Commun intervenue depuis 2007 est appliquée à toutes les options du BTSA depuis la rentrée 2009 ; la rénovation des modules spécifiques aux différentes options professionnelles a été menée progressivement jusqu’en 2015-2016.

Nom du module Document d’accompagnement Horaires ESC Disciplines associées CCF Ressources
M22 : Techniques d’expression, de communication, d’animation et de documentation Document d’Accompagnement (DA) de l’Inspection pour la mise en œuvre du M22, version du 25/07/2017

58h cours + 29h TP +pluri 6h

Français, Documentation+ SESG pour la pluri Voir l’onglet Evaluation Ressources GAP-ESC :

1/ à puiser dans l’onglet  « Communication humaine »

2/ Proposition de progression

Modules professionnels
Développement, animation des territoires ruraux : à partir de la rentrée 2012 → Référentiel de diplôme complet

Page dédiée au BTS DATR sur Chlorofil

Nom du module Document d’accompagnement Horaires ESC Disciplines associées CCF Ressources
 M51 : De l’espace au territoire  DA M51  29h cours  HG E5=4CCF (ESC concernée par les CCF 1 et 2)


E6=3CCF (ESC concernée par les 3)


Modalités d’évaluation dans la ns 2012-2091

 M52 : Les acteurs des services en territoire rural  DA M52  14,5h cours  SESG/HG
 M53 : Diagnostic de territoire cible dans le secteur des services  DA M53  43,5h TD  SESG, HG, TIM
 M54 : Méthodologie de projet  DA M54  14,5h cours + 14,5h TD  SESG
 M55 : Conception et conduite d’un projet de service en territoire rural  DA M55  14,5h cours + 14,5h TD  SESG/HG
 M58 : Animation, communication et négociation professionnelles  DA M58  58h TD  SESG/TIM
Gestion et protection de la nature → Référentiel de diplôme complet

Page dédiée au BTS GPN sur Chlorofil

Nom du module Document d’accompagnement Horaires ESC Disciplines associées CCF Ressources
M52 : Gestion de la nature et concertation territoriale DA M52 14,5h cours SESG, STAE, HG E5=2CCF (ESC concernée par le CCF 1)


E6=4CCF (ESC concernée par les CCF 3 et 4)


Modalités d’évaluation dans la ns 2013-2138

M54 : Animation d’un public, Concevoir et mettre en œuvre une action d’animation, d’information et se sensibilisation. DA M54 43,5h cours + 43,5h TD STAE
M56 : Mise en œuvre de projets de gestion, de valorisation et de préservation de la nature DA M56 14,5h cours STAE, BIO-ECO
Activités pluridisciplinaires au service de l’ensemble des modules professionnels : leur affectation thématique est laissée à l’initiative des équipes (150h/élèves avec 270h/ens. dont 60h ESC, à titre indicatif) ± 60h toutes
Production horticole → Référentiel de diplôme completPage dédiée au BTS PH sur Chlorofil
Nom du module Document d’accompagnement Horaires ESC Disciplines associées CCF Ressources
M57 : Organisation du travail et gestion des ressources humaines : Animer, motiver et accompagner des équipes au travail. DA M57 14,5h cours SESG/STH E6=7CCF (ESC concernée par le CCF7)


Modalités d’évaluation dans la ns 2010-2136

Aménagement paysager → Référentiel de diplôme complet
Page dédiée au BTS AP sur Chlorofil
Nom du module Document d’accompagnement Horaires ESC Disciplines associées CCF Ressources
M51 : Les contextes et les déterminants des aménagements paysagers objectifs 11 et 12, 31 et 32 Recommandations pédagogiques 14,5 h cours + 15h pluri STAE, HG, Bio, Agro, SESG
Autres modalités de formation
Le MIL (module M71) vise à permettre le développement d’une compétence professionnelle ou d’une ouverture sur des réalités sociales ou culturelles, sur des sciences ou des technologies contemporaines.Le MIL correspond à un volume horaire de 87 heures/élèves pour les BTSA rénovés (Aquaculture, SER, Anabiotec, STA, Viti-oenologie, TC, PA, PH, APV, GEMEAU, GPN, GF, GDEA, DATR). Pour les BTSAnon rénovés, le volume horaire est de 116 heures.Voir les textes réglementaires sur chlorofil.
Le M11 : l’enseignant d’ESC peut être à même d’y participer. Le module (qui concerne l’ensemble de l’équipe pédagogique) entre en rénovation en même temps que les modules du domaine professionnel. Le site pré@vert a proposé toute une série de ressources, pour les étudiants et pour les équipes pédagogiques → compilation de toutes les ressources M11 (ou ici).

 


Évaluation

L’ESC est principalement dispensée dans le module M22, et intéressée par l’épreuve E2 et l’épreuve terminale E1 « Expression française et culture socio-économique » (voir la sous-page spécifique).

L’E2 prend des modalités d’évaluation très différentes selon que le choix de l’établissement place les canditat.e.s dans l’obligation du contrôle continue ou « hors CCF ».

 

1°  L’E2 : Cas des candidats en contrôle continu.

Pour les BTSA, l’évaluation permet d’évaluer les sous-capacités suivantes incluses dans la capacité générale : S’exprimer, communiquer et comprendre le monde :

  • CCF1 (interdisciplinaire documentation et français, ESC possible) :
    • Répondre à un besoin d’information par une démarche de médiation documentaire ;
    • S’exprimer à l’oral et à l’écrit dans des situations de communication variées ;
  • CCF2 (ESC + un autre enseignant du module) :
    • Interagir dans des situations de communication variées ;
    • Mobiliser ses capacités d’autonomie, d’organisation et de communication dans le cadre d’un projet.

Voir dans cette page la rubrique « Le PIC ».

  • CCF3 (économie) :
    • Mobiliser les outils permettant de se situer dans la réalité économique et sociale ;
    • Identifier les causes et les conséquences des transformations de la société.

Ces capacités sont acquises dans le cadre des modules M21 et M22.

Contrôle certificatif en cours de formation n°1 – CCF n°1

Il se présente sous la forme d’une communication orale intégrant des supports de communication. L’étudiant effectue une recherche documentaire, individuellement ou en binôme, et réalise un traitement de l’information assorti d’une argumentation orale, au travers d’une démarche de médiation documentaire qu’il définit. Ce travail s’appuie obligatoirement sur le thème socio-économique et culturel au programme (voir sur cette page l’onglet Les thèmes de culture socio-économique).

Pour comprendre le travail du documentaliste : un document de l’inspection sur la médiation documentaire (2007).

Contrôle certificatif en cours de formation n° 2 – CCF n°2

Le CCF n°2 évalue deux sous capacités sous la forme de la conception et de la mise en œuvre, en petits groupes (2 à 5 étudiants, idéalement 3 ou 4), d’un projet d’initiative et communication (PIC).

Ce projet comprend obligatoirement l’élaboration d’un support de communication visuel ou audiovisuel et la mise en place d’une animation.

L’évaluation est réalisée par au moins deux enseignants du M22 dont le professeur d’éducation socioculturelle.

Elle comporte une partie collective (évaluation du groupe) et une partie individuelle. Elle prend appui sur le carnet de bord du candidat et les fiches projets. Elle évalue les sous capacités du groupe et du candidat :

  • à se situer dans une démarche de projet (cohérence, faisabilité, objectifs, mobilisation des ressources) ;
  • à anticiper l’action (gestion du temps et des ressources, répartition des tâches, coopération, autonomie, adaptation ) ;
  • à améliorer la communication dans la mise en œuvre du projet (communication avec un public, pertinence, impact du support, valorisation du projet).

 

2° Cas des candidats « hors CCF ».

Définition de l’épreuve terminale E2 pour les candidats hors CCF
Nom : E2. Nature : Oral. Coefficient : 3. Durée : 30 min.
Nature de l’épreuve
Cette épreuve concerne à la fois les sciences économiques et l’éducation socioculturelle.
Il s’agit d’une épreuve orale d’une durée totale de trente minutes. Elle s’effectue à partir d’un dossier constitué de deux types de documents proposés par le candidat :
– un corpus documentaire cohérent et pertinent portant sur une question vive de nature économique et sociale. Ce corpus est constitué d’un article à caractère scientifique de 2000 à 8000 mots, exprimant un point de vue argumenté sur la question abordée. Une courte note de synthèse rédigée est jointe ainsi qu’une bibliographie indexée de 10 références maximum ;
– une affiche, présentée en format A3, réalisée par le candidat visant, soit à illustrer de façon synthétique et attractive la question traitée, soit à exprimer le point de vue personnel et critique du candidat sur le sujet. Ce document conçu pour s’inscrire dans une situation de communication imaginée par le candidat doit être compréhensible, indépendamment, de la lecture de l’article par un public large.
Évaluation de l’épreuve
L’épreuve se déroule en deux parties :
– dans la première partie, le candidat présente son dossier au jury composé de deux enseignants (un d’économie et un d’éducation socioculturelle). Dans un court exposé de 5 à 10 minutes maximum, il présente les enjeux de son sujet, reformule l’argumentation principale de l’article et présente son document visuel en précisant le contexte de communication dans lequel il pourrait trouver sa place ;
– dans la deuxième partie, le jury interroge le candidat, d’une part sur les connaissances nécessaires à la
compréhension de l’article, son intérêt et sa portée, la cohérence du dossier, la pertinence de la bibliographie, d’autre part sur la pertinence et la qualité du message visuel proposé en relation avec l’intention déclarée.
Les sous-capacités annoncées pour l’épreuve E2 seront évaluées au travers de la qualité de l’expression orale et du dossier présenté, ainsi que sur la maîtrise des connaissances et la pertinence langagière et technique du message visuel.

Une grille d’évaluation est disponible (annexe 2 dans les notes de service de « Définition des épreuves et des modalités d’évaluation du BTSA » de toutes les options) :

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le PIC

« Objectif 4 : Développer son autonomie, sa capacité d’organisation et de communication dans le cadre d’une démarche de projet : le P.I.C. »
Dans la mise en œuvre du M22, le PIC, porté en groupe, est obligatoirement certificatif (CCF 2 de l’E2).

Il y a donc lieu de prendre en compte:

  • les recommandations pédagogiques publiées avec le référentiel du M22, qui soulignent que « La mise en œuvre du P.I.C. nécessite que les objectifs 1, 2 et 3 aient été traités au préalable. » Le PIC sera donc normalement réalisé en 2ème année, une fois que les étudiants auront acquis l’outillage nécessaire.
    « Cependant dans les filières TC, GPEN et SER notamment, des projets professionnels supposent acquis les apprentissages en matière de méthodologie de projet, de communication et d’animation (…). Il est dans ce cas plus pertinent de les mettre en œuvre, PIC compris, au cours de la première année de formation. »
  • Le document d’accompagnement, renouvelé en 2017, qui n’impose l’usage d’un « carnet de bord que pour la formation en documentation (cf. « Objectif 1.2 : Mettre en œuvre sa capacité d’organisation et de communication de l’information dans le cadre d’une démarche de médiation documentaire »). « Cette ambition requiert une vigilance méthodologique sans laquelle des dérives sont inévitables. » Il convient donc de donner un cadre initial détaillé, notamment pour que les étudiants puissent préparer la présentation de leur projet.
  • Le PIC est porté en groupe, il y aura donc autant de PIC que de groupes d’étudiants dans la classe,
  • Il est demandé explicitement que chaque groupe « élabore un support de communication à partir d’une note d’intention (description, claire, attractive, et la plus complète possible, du produit de communication retenu) et met en place une médiation avec le public visé« .
  • Le PIC repose à la fois sur la pédagogie de projet et sur la pédagogie de contrat. De ce fait : « L’enseignant n’impose pas un projet. Il est cependant le garant de sa faisabilité, et du respect des règles d’hygiène et de sécurité« .

question pratique

Le Financement des PIC

Il y a plusieurs positions dans les établissements : positions qui relèvent de choix pédagogiques et/ou financiers.

  • La participation financière de l’établissement n’est pas systématique. Mais si le projet a besoin d’un soutien financier ou si l’établissement est un partenaire d’un (ou plusieurs) projet, alors il y a négociation du groupe avec le gestionnaire et le proviseur (cela fait d’ailleurs l’objet d’une préparation spécifique : apprendre à argumenter et présenter un projet).
  • L’établissement peut réserver une enveloppe globale aux PIC, ou un budget attribué par PIC, identique pour tous les projets – ou non. Le PIC est défendu devant une instance (équipe de direction par exemple), parfois validé par le CA.
  • La participation de l’établissement n’intervient d’ordinaire que pour la prise en charge du téléphone, du courrier, des éventuels déplacements. Auquel cas ces dépenses doivent être valorisées en recettes par les étudiants qui sont incités à chercher ailleurs le gros de leur financement, lequel fait intégralement partie de leur réflexion. Ça ne limite pas nécessairement les ambitions et ça permet de travailler « au réel » (ce sont des étudiants en voie de professionnalisation). Avoir des idées, c’est bien, mais les assumer entièrement, voilà qui est formateur, non ?

question pratique

Quelques remarques pédagogiques

  • Le document d’accompagnement pointe, dans le chapeau de l’objectif 4, diverses dérives qu’il convient d’éviter.
  • La » restitution  » du PIC ne peut tenir lieu d’élaboration d’un support de communication : celui-ci fait partie intégrante du projet. La présentation orale donne lieu à la création de nouveaux supports adaptés à la situation.
  • Le PIC couvre une action d’animation (au sens large) autour de laquelle le groupe d’étudiants puisse communiquer en ciblant un public (généralement celui auquel est destiné l’animation) ; par exemple : mise en place d’une randonnée en VTT (contact avec diverses associations, préfecture, annonces journaux, tracts, affiches…), journée de sensibilisation aux tri des déchets dans une école primaire (jeux, visite de déchetterie…les supports de communication étant ciblés plutôt vers les enfants), exposition et invitation d’un conférencier sur le Tibet (montage de l’expo, annonces dans la presse…).
  • « Le projet s’inscrit dans une démarche rigoureuse intégrant les apprentissages. II y a risque de dérive
    organisationnelle et techniciste quand la planification directive de l’enseignant empêche les  recherches et les tâtonnements nécessaires. Attention à l’implication excessive de l’enseignant et aux cadrages abusifs sous prétexte d’efficacité pédagogique! » De même, « Il y a risque de dérive spontanéiste quand, au nom de la nécessaire autonomie du groupe, le projet, sans contraintes, s’invente au fur et à mesure. »
  • Les PIC à ne pas entreprendre : l’organisation de manifestations dont les enjeux financiers sont lourds ou ingérables (rassemblement de tuning ou tour de France en tracteur !… les fausses bonnes idées ne manquent pas). Dans la phase initiale, le critère de faisabilité doit être analysé, sachant que le contexte est à prendre en compte : ce qui est faisable ici est irréalisable là. « II y a risque de dérive productiviste quand les impératifs de production l’emportent sur les considérations éducatives. Attention aux projets sur commande, et à la médiatisation excessive (impératifs de communication externe de l’établissement par exemple). »
  • Ce qui est évalué, c’est la démarche, pas la finalisation en tant que telle. D’où l’importance du carnet de bord.

 

  • Suivi et organisation du PIC : 
    • Proposition : certains collègues estiment qu’un carnet de bord (Nelly Servignat, 2014) peut être proposé comme outil de veille et de conceptualisation. C’était en effet l’une des modalités de suivi proposées dans l’ancien module D22 du BTSA ainsi que dans les anciens projets d’utilité sociale (PUS) du BEPA. D’autres collègues optent pour une proposition de guide méthodologique du projet. De telles modalités plus ou moins normatives et facilitant le suivi et la prise de recul (et/ou le contrôle ?) n’ont rien d’obligatoire et si l’on y recourt, ce sera en demeurant attentif à rester dans l’esprit de la pédagogie de projet qui implique que les apprenants soient libres de leurs choix et doivent trouver eux-mêmes les modalités de dépassement des situation-problème qui se présentent à eux. Il convient donc d’éviter un document de suivi trop infantilisant. La Conf ESC sur Mélagri est un lieu d’échange qui permet d’obtenir des conseils et documents d’appui de la part des collègues, il n’y a donc pas lieu de proposer ici d’exemples « clé en main ».
    • Proposition alternative : un guide spécifique aux CFAA pourra être adapté aux BTSA par apprentissage, afin de faciliter la mise en œuvre des attendus de formation dans le cadre spécifique de l’alternance.
    • Validation : dans certains EPLEFPA, les avant-projets des PIC sont présentés à une commission de validation, sachant que, le cas échéant, les PIC projetés peuvent aussi être portés à la connaissance des instances de l’EPLEFPA ; ces dispositions ne sont pas mentionnées dans les textes : soulignons qu’il s’agit de formalisation locales, convenues entre l’enseignant.e d’ESC et la direction mais non obligatoires, et liées au fait que « Le projet est sous la responsabilité du directeur de l’EPLEFPA quand à l’impact de son implication dans l’environnement extérieur« .
  • Évaluation :
    •   Voila ce qui rappelle le Document d’accompagnement du 25/07/2017, concernant la documentation, sachant que l’enseignant de français va évaluer pour sa part la maîtrise de l’argumentation orale (phase 2 du CCF) : « Compte tenu de l’horaire affecté, le professeur d’éducation socioculturelle gère le suivi de l’ensemble des projets. Mais les professeurs de documentation et de lettres veillent à la relation entre les apprentissages qu’ils mettent en œuvre et leurs traductions concrètes dans les projets. Ils peuvent également, au même titre que d’autres enseignants, être tuteurs d’un projet en fonction de leurs motivations et compétences.
      Cet objectif 4 du référentiel suppose pour être atteint d’intégrer les apprentissages relatifs aux objectifs 1, 2 et 3. »
    •   De plus, l’évaluation doit porter sur le développement des capacités visées au référentiel d’évaluation ; précisément, le PIC (épreuve 2) répond à deux sous-capacités (C. 1.5 et C. 1.6),
      – Interagir dans des situations de communication variées,
      – Mobiliser ses capacités d’autonomie, d’organisation et de communication dans le cadre d’un projet.
      Tout au long du cycle, c’est l’évaluation des capacités qui doit piloter la formation.Par ailleurs, il convient de s’appuyer sur les objectifs du référentiel de formation, ce qui implique que les étudiants, seuls et en groupe, doivent apprendre à :
      – se situer dans une démarche de projet (cohérence, faisabilité, objectifs, mobilisation des ressources) ;
      – anticiper l’action (gestion du temps et des ressources, répartition des tâches, coopération, autonomie, adaptation ) ;
      – améliorer la communication dans la mise en œuvre du projet (communication avec un public, pertinence, impact du support, valorisation du projet)
      Cela concerne uniquement la formation initiale par voie scolaire (pour les CFA et CFPPA, se référer au dossier d’habilitation).
    •   Il est dit dans la Note de service DGER/SDESR/N2010-2136 du 28/09/2010 fixant la Définition des épreuves et des modalités d’évaluation du BTSA option « Production horticole » du BTSA (c’est celle des PH, mais sur les modules du tronc commun, les modalités sont les mêmes pour tous) : « L’évaluation est réalisée par au moins deux enseignants du M22 dont le professeur d’éducation socioculturelle. » Cela vaut évidemment pour toutes les options.
    • Une évaluation de la capacité à organiser un projet ne peut s’appuyer uniquement sur le résultat final, mais sur l’explicitation de la procédure. D’où l’intérêt de la pratique explicitée comme mode d’évaluation : dans le cadre de l’épreuve et de son évaluation individuelle, au vu de la situation de projet évoquée, le candidat doit montrer son aptitude à mettre en œuvre des modalités, outils, pratiques, opérations techniques adaptées et à les justifier.
    •   Comme base de travail pour la formalisation d’une grille pour le PIC, CCF n°2 de l’E2, vous pouvez vous inspirer de l’une ou l’autre des formes proposée ci-dessous (c’est un exemple et non une injonction). Si les capacités intermédiaires sont issues du référentiel de certification, les critères et indicateurs relèvent de votre autonomie.

N.B. Outre le nécessaire oral ou écrit apportant la part individuelle de la notation (50% minimum, qui peut aussi prendre la forme d’entretiens d’explicitation (pratique explicitée), toute liberté est laissée dans la prise en compte des situations diverses observées en vue de l’évaluation collective.

L’évaluation du groupe d’étudiants dans ses modalités de travail suppose de fait la mise en œuvre de compétences variées en termes de projection, anticipation, suivi, organisation, animation,  communication, etc. : ces situations sont repérables non seulement dans les phases pédagogiques en salle, mais aussi dans l’usage d’un outillage conceptuel adapté, dans la cohésion du groupe et la répartition des tâches, dans la relation aux partenaires, dans la maîtrise des modes de communication, dans les actions de terrain, dans la gestion des ressources (liste non exclusive ; les critères d’évaluation peuvent aussi être définis avec la classe).

Enfin, dans les critères et indicateurs que vous préciserez dans la grille, il conviendra donc de distinguer ceux relevant de l’appréciation des performances individuelles et des performances de groupe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thèmes de culture socio-économique, E1

Les thèmes socio-économiques et culturels qui servent de support, de manière non exclusive, aux situations pédagogiques correspondant aux objectifs des modules M21 et M22 des BTSA, toutes options confondues, sont définis par une note de service annuelle :

NOTE DE SERVICE DGER 2017 (avec bibliographie)

NOTE DE SERVICE DGER 2016 (avec bibliographie)

NOTE DE SERVICE DGER 2015 (avec bibliographie)

NOTE DE SERVICE DGER 2014 (avec bibliographie)

NOTE DE SERVICE DGER 2013 (avec bibliographies)

Le thème unique proposé est le support de l’épreuve terminale E1 et  du CCF 1 de l’E2 pour les options rénovées, et de l’épreuve ET1 pour les options non rénovées.

Les grilles d’évaluation des épreuves terminales se retrouvent dans les annexes de la Note de service DGER/SDES/2014-565 du 15/07/2014 (E1 : annexe 1 ; E2 hors CCF : annexe 2).

 

Pour mémoire, voici les thèmes traités au fil des années :

  • CAS DES CANDIDATS SE PRÉSENTANT A LA SESSION D’EXAMEN 2019

Le thème obligatoire :  La jeunesse

  • CAS DES CANDIDATS SE PRÉSENTANT A LA SESSION D’EXAMEN 2018

Le thème obligatoire :  Le bonheur aujourd’hui

  • CAS DES CANDIDATS SE PRÉSENTANT A LA SESSION D’EXAMEN 2017

Le thème obligatoire : Le jeu

  • CAS DES CANDIDATS SE PRÉSENTANT A LA SESSION D’EXAMEN 2016

Le thème obligatoire : Internet : nouvelles cultures, nouvelles économies

Sujet (session de juin)

  • CAS DES CANDIDATS SE PRÉSENTANT A LA SESSION D’EXAMEN 2015

Le thème obligatoire : La ville en mutation.

  • CAS DES CANDIDATS SE PRÉSENTANT A LA SESSION D’EXAMEN 2014

Le thème obligatoire : Partir – Venir : voyage, mobilité, migration

Sujet (session de septembre)

  • CAS DES CANDIDATS SE PRÉSENTANT A LA SESSION D’EXAMEN 2013

Le thème obligatoire : La mondialisation des échanges et de la culture

 


Progressions#GAP-ESC

Documents GAP

Afin de fournir des pistes de transposition didactique des référentiels, le GAP ESC produit des propositions de progressions (séquences / séances) à la page dédiée : déclinaisons de progressions en séquences et séances.

    • Les propositions de progressions fournies ne peuvent être prises que comme des suggestions, ce ne sont en aucun cas des indications normatives (et encore moins des textes officiels). Nous croyons de ce fait utile de proposer, le cas échéant, une progression séquencée alternative pour un même référentiel de formation.
    • Proposition indicative de progression en BTSA : M22 sur les deux années.

BTSA sur Chlorofil

Haut de page ↑  
Secured By miniOrange