Maquisarbres

Le 5 avril 2011  Dans Actualités 

MAQUISARBRES au Sénat puis à l’Hôtel de Ville de Paris.

Pour quoi s’engager quand on a 15 ou 20 ans ? Contre quoi résister et s’indigner ? « Maquisarbres » instaure un dialogue artistique entre les jeunes élèves de terminale Bac Pro « gestion et conduite de chantiers forestiers » du lycée forestier de Meymac (Corrèze) et celles et ceux qui, au même âge il y a 70 ans, se sont engagés dans les maquis du Limousin. Affiches, ferronnerie, travaux paysagers, les œuvres produites avec l’aide de l’association Pulsart interrogent le présent tout en transmettant le flambeau de la Résistance.

« L’union a permis de saper les forces de l’occupant. Actuellement, la solidarité se dégrade et ne protège plus la population ». Ce titre d’affiche lie, par-delà les décennies, l’engagement des jeunes résistants des années 40 aux préoccupations sociétales actuelles des élèves de terminale du lycée forestier de Meymac en Corrèze. Maquisarbres présente au Sénat 33 affiches dont les textes et illustrations ont été réalisés par des élèves puis imprimés avec des moyens qui auraient put être ceux des résistants historiques. L’arbre, debout face à l’adversité, et la forêt corrézienne qui abrita les maquis servant de fil d’Ariane inter-générationnel entre anciens résistants et futurs techniciens forestiers.

« Un film documentaire sur la genèse de cette exposition est en cours de réalisation, », précise Maxime Apostolo, président de Pulsart une association qui a apporté son expérience et son savoir faire artistique aux élèves.

« Ce qu’il y a d’extraordinaire dans cette exposition c’est qu’elle est le fruit des échanges et de la solidarité de quatre générations qui cohabitent en même temps dans le même pays ! », a souligné le sénateur de la Corrèze René Teulade lors du vernissage.

Voir aussi le site de Pulsart