Arts#Nature#Paysage

Nature vs musée

Fiche Land Art et Art environnemental : « l’art dans la nature et la nature au musée »
(Michèle Constans, ENFA, 2009)

On tend à regrouper sous le nom de Land Art des œuvres qui utilisent des matériaux naturels et/ou sont installées dans des sites de plein air. Cela recouvre au moins deux tendances artistiques assez différentes, bien que non dépourvues de liens : le Land Art et l’Art Environnemental ou Écologique.
Les deux ont en commun la prédominance de l’usage de matériaux naturels bruts, le questionnement des relations humain/environnement, ancré dans une contestation de la société post-industrielle, et ce sont des œuvres souvent éphémères. En tel cas, seule en reste la trace filmique ou photographique : Richard Long marche, laissant sa trace dans l’herbe, pendant plusieurs heures ; après 5 ans de préparation, la « Running Fence » de Christo ne reste en place que 14 jours ; les sculptures de glace de Goldworthy fondent, etc.

Le Landart naît dans l’Amérique des années 1960 dans un contexte de questionnement radical du statut de l’art et des artistes. Dépassant le cadre de l’installation artistique et les limites des galeries d’art et des musées, les artistes veulent sortir du musée, et investissent les grands espaces déserts du sud-ouest américain avec des projets souvent gigantesques. Il ne s’agit plus de figurer le paysage « de visu » mais de le transformer et/ou d’en modifier la vision « in situ ».
La monumentalité (De Maria, Smithson) est l’une des caractéristiques des « earthworks », qui détournent au profit de l’art les machines et techniques, l’échelle, et l’impact paysager des grands ouvrages de l’ère industrielle.
La relation entre l’œuvre et le paysage à grande échelle, voire le cosmos (Sun Tunnels de Nancy Holt) est essentielle, qu’elle soit en terme d’interprétation, ou de transformation. Le Landart est un dialogue de l’artiste avec le paysage in situ.
La prise en compte des dimensions non-visuelles du paysage est fondamentale, que l’on sollicite l’imagination de l’observateur (De Maria), ou bien d’autres sens.

L’art environnemental, ou écologique, a quelque scrupule à utiliser les matériaux artificiels et les interventions in situ parfois violentes du landart. Il utilise pratiquement toujours des matériaux naturels, la plupart du temps issus du site. Plus intimiste et modeste, il réinvestit la dimension de l’objet, dans des approches proches de l’arte povera ; le dialogue avec la nature se fait essentiellement à travers le matériau naturel et les formes.
Il crée des objets naturels, exposés en plein air la plupart du temps. Mais la dimension spécifiquement paysagère (= le dialogue de l’œuvre avec l’espace alentour) est souvent absente ; bien qu’il utilise souvent un cadre naturel, l’art environnemental travaille sur la nature et non sur le paysage.
Souvent les artistes écologiques réintègrent soit le musée, qu’ils investissent avec des matériaux naturels, soit le jardin ou l’espace public urbain, qui sont les places traditionnelles de la sculpture.

Occupant une position mouvante entre l’art, le paysage, et l’aménagement, le landart et l’art environnemental ont transformé nos manières de voir notre environnement ; leur influence a été considérable, non seulement sur les pratiques artistiques, mais aussi sur la forme des jardins (Festival de Chaumont et autres festivals de création paysagère) de l’aménagement du paysage (ainsi l’aménagement de l’aire d’autoroute de Nîmes-Caissargues, laisse deviner un lien avec le double negative de Heizer), la communication événementielle (la moisson aux Champs-Elysées), etc.
Usant de techniques à la portée de tous, l’art environnemental est devenu un outil pédagogique et de communication qui n’échappe pas toujours à la facilité voire à l’académisme.

Bibliographie
Domino Christophe, A ciel ouvert ; l’art contemporain à l’échelle du paysage, Scala, 2005
Garraud Colette, L’Idée de nature dans l’art contemporain, Flammarion, 1994
Tiberghien Gilles, Land Art, éditions Carré, 1993 (réédition revue et augmentée : La Découverte, 2012)

Liens

A télécharger : le texte de cet article augmenté et illustré.

  • L’essor du paysage (Musée d’Orsay)
  • Art, Nature & Paysage / Depuis 2003 le site rend compte des pratiques artistiques qui se sont spécialisées autour de la nature comme matériau privilégié et (ou) support d’expression. Sur ce site la nature comme le paysage y sont abordés sous toutes leurs formes y compris les plus contemporaines comme celles des réalités virtuelles, l’art dans l’espace urbain, les friches, l’architecture et l’urbanisme. Le site veut rendre compte d’autres pratiques comme les performances, les arts de la scène et de la rue dès lors qu’ils ont un lien avec le fil rouge art-nature-environnement. Dans une époque ou la gestion de l’environnement devient un enjeu de société, le site prend le parti de mettre en lumière les artistes et les lieux de programmation français et étrangers qui œuvrent à une revalorisation de la nature, du paysage et de l’environnement.
  • Le paysage dans l’art occidental (CRDP Poitiers)
  • Le portail du land art : Land art, art in situ, art en nature, art environnemental, earthworks … L’idée de sortir l’art des musées commence à faire son chemin, les artistes investissent la nature et les paysages. Encore peu représenté sur Internet ce portail se propose de vous faire découvrir les nombreux talents et la diversité de ces nouvelles pratiques artistiques.
  • LandArt en ligne : Dans les années soixante, les artistes cherchent à ébranler l’ordre du monde et de l’art par toutes sortes de propositions sur la question des frontières et de jeux sur l’espace. La pratique du LAND ART s’aventure loin de la ville et des musées et propose, notamment à travers les écrits de l’artiste américain Robert Smithson, une réflexion inédite sur le territoire, qui est dans les années soixante en plein bouleversement.

Arts du paysage

Paysage, écologie, agriculture : les approches artistiques en question.

Aborder la diversité des points de vues sur les rapports existants entre le paysage entretient et les mondes de la création, qu’il s’agisse des arts plastiques ou de la littérature, c’est ce qui a été proposé en 2019 à travers le colloque « Approches systémiques et sensibles du paysage : des sciences de la Nature aux Arts du paysage » (Université Toulouse Jean Jaurès, EA LARA-SEPPIA). La revue Arts et sciences a publié les actes de ce colloque dans deux numéros 2020 (volume 4, n° spécial et n° 1).

De la vision paysanne de Jean Giono aux sirènes écologistes d’Anthony Morton, en passant par l’approche mésologique d’Augustin Berque, les auteurs questionnent tout à tour les relations au paysage qu’entretiennent les approches de l’écologie, de l’agroforesterie, de l’écopoétique, de la création plastique ou encore du chant montagnard.

La pensée paysagère est dès lors indétachable de notre rapport à l’esthétique des paysages en mouvement, que l’on peut situer entre l’expérience anthropologique et l’exploration artistique. Cette approche devient évidente quand l’oeuvre fait système avec l’environnement.

Quelques communications, parmi toutes celles consultables en ligne :

Cet article présente les choix artistiques (illustrations à l’appui) ayant guidé l’aménagement du « Carré Vert », dans la région de la Goitsche en Allemagne, avec des installations artistiques conçues par l’auteur. Ces choix étaient fondé sur la reconnaissance des transformations perpétuelles des paysages, au-delà des distinctions entre l’évolution naturelle et l’activité humaine. Ils prennent en compte l’histoire industrielle des lieux, ainsi que leurs caractéristiques écologiques actuelles, pour proposer une nouvelle manière de les habiter. Il s’agissait de reconvertir cette ancienne région industrielle en un « paysage culturel », associant des enjeux culturels, écologiques et esthétiques.

Cet article illustré propose une approche culturelle des problématiques écologiques interroge les relations sensibles et signifiantes que nous, humains, établissons avec nos milieux de vie. Le paysage nous permet d’aborder ces questions de manière sensible. La notion même de paysage est remise en question par l’approche écologique. Je propose cependant de reconsidérer l’intérêt d’une approche paysagère, à condition d’élargir le sens de cette notion, en identifiant différents modèles paysagers, et en les interrogeant au regard de l’écologie. Cette proposition se fonde sur une distinction entre la fiction verte et l’écopoétique. Une traversée critique de ces différents modèles paysagers nous permet de saisir les enjeux écologique du paysage, qui reflète notre vision du monde et notre manière d’interagir avec notre milieu de vie commun : la Terre.
 Cet article aborde la place du paysage dans le vécu des agriculteurs et des acteurs du monde rural, à l’épreuve du terrain, et les confronte aux approches artistiques. Intégrant des points de vue agricoles (en Limousin, Berry, Cantal) et géoagronomiques, il les confronte à des témoignages issus de la littérature régionale et de l’histoire de l’art, afin d’étayer un positionnement selon lequel, lorsque l’on est plasticien, travailler sur l’agriculture ou travailler sur le paysage n’est pas équivalent.  Il s’appuie sur la recension de constats provenant de la recherche en arts, de l’Enseignement agricole et de la mission animation et développement des territoires.
Cet article, abondamment  illustré, part de l’atelier, espace de l’artiste, pour évoquer un écosystème où se crée une interaction entre un être (le designer plasticien), un phénomène (la création) et un objet d’étude in visu (le motif de la forêt dans l’album jeunesse). A travers l’étude de la forêt, qui a une importance particulière dans le conte, puisqu’elle est le lieu où se déroule de nombreuses péripéties issues du schéma narratif et la conception d’ateliers pédagogiques et artistiques autour de l’écologie en école primaire ; je désire refléter la démarche de pensée (interprétation) et d’invention (illustration) d’un paysage graphique et plastique (coloration). Il s’agit de percevoir et de comprendre le paysage par une pratique plastique sous le prisme de la couleur et du motif illustré, puis d’éveiller les consciences autour de l’écologie par la pratique d’ateliers pédagogiques et artistiques à l’école.

Ressources et projets

Des ressources internes à esc@les :

Quelques ressources à aborder en mode projet :

Haut de page ↑  
Secured By miniOrange