Co-construire les projets

Le constat de la nécessité de co-construire les projets éducatifs et culturels avec des apprenants est qu’il n’y a guère qu’un seul chemin de réussite, la co-construction, qu’il s’agisse d’accompagner l’ALESA, d’analyser et repenser les usages du foyer ou de la réécriture d’un PADC (projet d’animation et de  déveoppement culturel).

Car nos publics évoluent, les générations se succèdent et leurs attentes semblent bien différentes.
– Comment motiver nos élèves?
– Comment retenir leur attention?
– Comment éviter l’ennui en classe?
– Comment amener les élèves à prendre confiance en eux?
– Comment les amener à devenir acteur des apprentissages?

Pour cela, il faut pouvoir proposer une offre dans la co-construction, afin de :
– Favoriser la curiosité, l’initiative et la confiance ;
– Faire appel à l’expérimentation.

Dans un dispositif de co-construction des projets et activités socio-culturelles, que ce soit dans un cadre formel (CA de l’ALESA…) ou non (investissement dans un atelier souhaité), les jeunes sont conviés à prendre un rôle actif :
– Assumer leur rôle décisionnel
– Définir leur(s) but(s), par rapport au projet
– S’interroger sur la démarche
– Interagir avec les autres et l’enseignant
– Affirmer chacun leur identité propre
– Acquérir une pratique citoyenne.

Une ressource réflexive est proposée par le GAP ESC synthétisant des questionnements relatifs à la co-construction (GAP ESC, 2018) :

Voir aussi les pages consacrées à l’accompagnement de projet et aux liens animation / engagement / image de soi.

 

Haut de page ↑  
Secured By miniOrange